Appliquons l’élargissement des choix pour mieux réussir

Dans un contexte où l’Europe envisage une transition exclusive vers l’électrique d’ici 2035, des voix s’élèvent, remettant en question cette unicité de choix. Des leaders d’opinion et des entreprises de l’automobile soulignent l’émergence de technologies alternatives, comme les carburants de synthèse, l’hydrogène, et autres qui pourraient également réduire significativement  les émissions de gaz à effet de serre, et peut-être mieux avec moins d’effets négatifs sur les métaux rares, le recyclage des batteries etc, .

Cette situation soulève une question fondamentale : en se focalisant uniquement sur l’électrique, n’avons-nous pas limité notre champ de vision et, par conséquent, notre capacité à innover ?

Carlos Tavares, à la tête de Stellantis, avait anticipé ce débat. Selon lui, une approche plus ouverte, questionnant non pas le comment mais le quoi — c’est-à-dire, viser des transports zéro émission d’ici 2035 sans imposer de moyen unique pour y parvenir — aurait stimulé la créativité et favorisé une diversité de solutions bénéfique pour tous.

Cette réflexion trouve un écho dans la gestion de nos entreprises. Encourager une culture d’ouverture, où les défis sont abordés par une diversité de solutions plutôt qu’une voie unique, peut non seulement accélérer notre contribution à un avenir durable mais aussi améliorer la performance et le bien-être au travail.

Je vous invite à partager vos expériences : comment appliquez-vous cette philosophie d’élargissement des choix dans votre entreprise ? Quels impacts observez-vous sur l’innovation, la performance et le bien-être ?

Si l'article vous a plu partagez le

Facebook
LinkedIn
Email
WhatsApp
Pinterest